24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 12:36
3 ans après le premier coup de pioche, le jardin commence à prendre forme

Déjà 3 ans écoulés depuis le premier arbuste planté ; 2 ans depuis la mise en plante de la pelouse, la création de la terrasse et l'arrivée des poules. Notre jardin naturel revêt encore un aspect "récent", mais certains végétaux commencent à être bien installés : on devine déjà l'ambiance du jardin à venir.

Le fruit du labeur passé promet d'être récolté dès cette année. Pommes, fraises des bois, pommes de terre, choux de Saint-Saens, céleri perpétuel, fenouil, ail rocambole, mûres, groseilles, myrtilles... devraient être au rendez-vous. On attend impatiemment la première floraison des pivoines, du rosier de Banks et des clématites.

Après 3 ans de paillage régulier au compost vert (récupéré gratuitement à la déchetterie de la commune voisine) - à raison d'environ 3 cm épandus tous les 2 mois (sauf l'hiver) - le sol commence à s'améliorer visiblement. Il est plus souple, et donc plus facile à désherber. Les vers de terre y sont légion, on découvre certains matins les traces laissées par une taupe. Les résultats sont spectaculaires auprès des hellébores, qui sont incroyablement charnues et florissantes cette année.

Le printemps dernier a été marqué par la présence massive des pucerons, mais on dirait que le passage fréquent des poules aura raison d'une telle invasion, en 2016 (encore à vérifier).

3 ans après le premier coup de pioche, le jardin commence à prendre forme

Les plantes couvre-sols n'ont pas encore eu le temps de recouvrir 100% des surfaces des massifs, car je les ai sorties de terre pour les multiplier au printemps 2015. Du coup, leur "population" a augmenté, mais il reste des zones non couvertes. Qu'importe, la pelouse arbore un vert éclatant et les Prunus et le Magnolia ont offert leur première réelle floraison.

Merveilleux printemps à tous les jardiniers !

3 ans après le premier coup de pioche, le jardin commence à prendre forme
Repost 0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 06:19

Coup de chance : il faisait beau mais pas trop chaud, le samedi 16 août dernier, dans les environs de Blois. Un temps idéal pour visiter le festival des jardins de Chaumont-sur-Loire.

 

Pour ma première visite de cette manifestation bien connue des amateurs de jardins, je suis restée sur place plus de 6 heures, (je précise que j'ai déjeuné rapidement d'un sandwich... dévoré tout en marchant). Je ne connaissais pas : j'ai découvert un vaste et beau domaine, composé notamment de 26 jardins d'exposition créés par des concepteurs aux philosophies très différentes. Les espaces (150 à 250m2 chacun) regorgent d'inédites associations de plantes, de végétaux parfois rares mais toujours faciles à identifier (et pour cause, presque tous sont étiquetés). Alors bien sûr, les détracteurs reprochent à Chaumont son côté un peu scolaire (certains jardins pourraient être taxés de "trop techniques"), un peu "carton pâte" (tous les jardins sont démontés fin novembre, pour laisser la place aux lauréats de l'année suivante). Mais l'approche a le mérite d'attirer l'attention du public sur l'infinité de possibilités offertes par des esprits créatifs. Et manifestement, je ne suis pas seule à apprécier : il y avait samedi autant de monde que dans une galerie marchande, un jour de soldes. Voilà qui donne du baume au coeur !

 

Je suis repartie la tête pleine d'idées d'aménagements, comme ce banc intégré à un massif :

banc.jpg

 

ou celui-ci, réalisé à partir de boîtes de conserves remplies de béton (à l'arrière-plan, dans le "Jardin mis en boîte") :

jardin-de-conserve.jpg

 

J'ai beaucoup flâné dans le potager (permanent) de Chaumont, aussi. J'aime beaucoup ce pot en bois de châtaignier tressé :

pot.jpg

 

J'ai découvert, enfin, le métier de "charpentier-graphiste" (mais est-ce qu'il existe vraiment, ce métier, d'ailleurs, ou est-ce une blague du conservateur ?). L'artisan qui a réalisé les aménagements dans ce jardin, en tous cas, a vraiment des mains d'or ! 

menuisier-graphiste.jpg platelage.jpg

 

Face à cette débauche d'artifices, le jardinier responsable lancera probablement, au sortir du festival, un désinvolte "j'ai vu Chaumont-sur-Loire une fois, je n'y retournerai donc pas". Mais le piège se referme sur ce visiteur avec un stratagème vieux comme le monde : celui des thèmes. Cette année, le jury a étudié 350 projets bâtis autour de la thématique des pêchés capitaux. Bon. Je suis venu, j'ai vu. L'édition 2015 aura pour thème "jardins extraordinaires, jardins de collection". Aïe, une faille : on imagine déjà l'avalanche de curiosités végétales qui sera à découvrir... quand est-ce que ça ouvre, déjà, le festival ? Ah oui, SEULEMENT fin avril. Chaumont a vaincu.

Repost 0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 13:19

Le poulailler était prêt depuis Noël dernier. L'approvisionnement en paille et grains assuré depuis 8 jours.  Et c'est aujourd'hui que sont arrivées deux nouvelles locataires, chez nous. De race "Coucou de Rennes" (à droite) et "cendrée" (à gauche), ces poulettes sont encore toutes jeunes (à peine 6 semaines). Elles sont d'ailleurs pour le moment un peu stressées, serrées l'une contre l'autre au fond de leur abri. Heureusement qu'elles sont 2 !

 

blog.jpg

 

Les premiers oeufs devraient survenir en mai, si les soins que nous leur apporterons d'ici là (ce sont nos premières poules) leur réussissent.

 

Pourquoi ces races-ci ? Bonnes pondeuses, ce sont des poules sociables qui devraient s'habituer facilement à nous. Résistantes, elles ne devraient pas trop souffrir du froid francilien. Ce sont aussi des poules qui dépassent les 4 kilos, une fois adultes : elles ne volent donc pas trop haut. Pas mal, si on veut éviter de les retrouver chez le voisin tous les matins... Mais pour le moment, aucun risque d'évasion : le temps humide de ce week-end ne se prête pas à la liberté (sous peine qu'elles attrapent un mauvais rhume... si si, sans blague !). 

 

Pour les prénoms, on se tâte encore. On n'est pas vraiment pressés : s'il y a un espoir que nos poules s'attachent à leur propriétaires et nous suivent dans le jardin, il n'y en a aucun qu'elles accourent une fois leur prénom prononcé (fans de poule, ok, mais on reste lucide...). Des idées de petit nom ?

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 16:30

Voilà des mois que ce projet-là se trame. Il aura d'abord fallu faire le tour des magasins d'abris de jardin, trouver "le" modèle (abordable !!) supposé pouvoir s'intégrer le mieux (surface, hauteur, proportions...) dans le jardin. Je ne voulais pas de bois autoclave (trop polluant), et il fallait trouver un modèle dont les madriers mesuraient au moins 28mm (risque de faible résistance, en-dessous). Le temps de faire les démarches en mairie, il fallait enfin que l'abri soit toujours en vente après quelques semaines de délai (foutu pour les promos) ! Au final, nous avons retenu l'abri DAAN de Truffaut.

 

Nous avions coulé une chape de propreté (environ 8-10cm) à Noël. L'abri nous a été livré la semaine dernière, et le montage a nécessité 2 à 3 jours. Un peu galère, car certaines pièces ont été livrées cassées : l'usine en a renvoyé une partie, mais en attendant il fallait bien avancer. Compter autant de temps pour les finitions (gouttières, peintures).

 

fini--.jpg

 

Pour la protection du bois, je voulais un effet le plus naturel possible, et un ton assorti au poulailler (couleur "taupe"). J'ai fini par trouver une alternative à la lasure (trop brillante) dans la gamme V33 (Leroy Merlin, chez Casto ils ne font pas cette référence en particulier) avec un imprégnant couleur "chêne argenté". Ca ressemble à du saturateur, mais apparemment ça protège mieux. Ca reste à prouver, quand même... On vous dira cela dans quelques mois : l'abri se situe dans un endroit très humide du jardin. En tous cas, ce produit s'applique facilement (comme un gel).

 

Quel bonheur de pouvoir enfin ranger tous les outils de jardin, et de pouvoir fare de la place dans le garage !

 

outils2.jpg

 

Remarque rédigée 5 mois après la pose : il a fallu démonter toutes les étagères intérieures, car l'abri s'ouvrait littéralement en deux. Et taper toutes les lames de bois pour qu'elles redescendent (du jour apparaissait entre elles, en de nombreux endroits). Le bois est vendu trop vert, il aurait fallu que le fournisseur le laisse sécher davantage. A présent, les outils ne sont plus suspendus, mais juste posés. Idem pour les étagères. Nous doutons fortement de la longévité du produit...

Repost 0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 15:25

Des pommiers palissés, c'est un rêve d'enfant pour moi. Comme Il est encore temps de planter des végétaux à racines nues, j'ai passé commande récemment de 2 beaux pommiers anciens formés en U : un 'Winter banana' (à gauche sur la photo) et un 'Calville blanc',

 

Parmi la multitude de fruitiers possibles, j'ai choisi les pommiers car ce sont eux qui résisteront le mieux à notre sol argilo-calcaire. J'ai choisi ces 2 variétés anciennes pour l'originalité de leur fruit, et leur capacité à s'auto-polliniser entre elles. L'avantage des végétaux à racines nues, c'est qu'ils sont moins chers. L'inconvénient, c'est qu'il faut les planter dès réception. Et la livraison était programmée pour hier... or, hier, ben j'avais mal au dos. Pas de bol, la livraison ne m'arrangeait plus du tout. J'ai donc recruté Morgan pour creuser les trous, et installer le cadre en châtaignier prévu pour supporter les récoltes futures. Morgan ne raffolle toujours pas du jardinage... mais là, il s'y est collé de bonne grâce. Le résultat est très sympa, je trouve :

 

pom2.jpg

 

J'ai utilisé du fumier en fond de fosse. J'ai choisi de ne pas draîner le terrain : à voir si je le regretterai (notre sol est vraiment très argileux, il y a un risque d'excès d'eau). Pour le cadre en bois, j'ai acheté des poteaux en châtaignier chez Leneindre à Villiers sur Orge. Le châtaignier est un bois naturellement très résistant, produit en Europe. Il est vendu sans avoir subi de traitement chimique (pour les anti-autoclave), et devrait tenir environ 10 ans (pas plus). Les pommiers formés en palmette U simple ont la particularité de monter assez haut : de simple piquets auraient probablement ployés sous le poids des fruits. 

 

Dès que la plantation a été terminée, j'ai paillé les pieds pour leur tenir chaud (ok, la météo n'annonce pas de gel, mais on ne sait jamais !), et appliqué une huile végétale insecticide (traitement d'hiver). L'année prochaine, j'opterai plutôt pour le blanc arboricole (chaux) sur les troncs, plus naturel (le traitement d'hiver tue toutes les larves, même celles des coccinelles). Espérons qu'on aura de beaux fruits dès l'automne prochain !

WP_20140112_15_38_42_Pro--2-.jpg

Repost 0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 17:29

L'Ecosite de Vert-le-Grand met gratuitement à la disposition de ses usagers du compost vert, issu des activités d'entretien des paysagsites et collectivités du secteur.

http://www.semardel.fr/le-compost-vert-de-l%E2%80%99essonne

 

 WP_20140105_10_59_57_Pro--2-.jpg

 

Ce compost est un peu décrié par les professionnels du coin - ceux avec qui j'en ai parlé, en tous cas - car pas assez mûr. S'il est mélangé à la terre de plantation, il peut donc "brûler" les plantes. Sous-produit d'élagage, il serait aussi mélangé à des bouts de plastique ou de papier. Mais franchement, j'en ai déjà rempli 5 ou 6 remorques, et ce dernier point ne m'a pas du tout choquée. Mieux, je le trouve de bonne qualité. D'une belle couleur bien noire, la meule est toujours bien chaude à coeur (preuve de la fermentation en cours). Il sent un peu fort, mais il s'agit d'une odeur très végétale, peu dérangeante selon moi.

 

La qualité du sol de notre jardin, pauvre en matière organique et très lourd (argilo-calcaire), laisse franchement à désirer. Comme le temps nous a manqué pour semer le gazon à l'automne, la terre est encore à nue, sur quasiment toute la parcelle. Et 693m2, ben... ça en fait, de la surface à labourer ! On parle de plus en plus de "non travail du sol", pailler pour éviter le lessivage du sol et favoriser sa micro-faune du sol.  

http://jardinonssolvivant.fr/les-bases-du-jardinage-sol-vivant/ 

Je fais donc un petit test : je recouvre autant de surface que possible de "compost vert de l'Essonne".

WP_20140105_11_34_49_Pro--2--copie-1.jpgJe prévois de laisser l'hiver et les vers de terre faire leur office. Au printemps, je fais le pari qu'il n'y aura plus qu'à niveller la surface, et semer, sans labourer. Une idée issue des TCS (techniques culturales simplifiées). On verra ce que ça donne dans quelques semaines !

Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 15:57

La conception de notre jardin occupe beaucoup mes pensées, en ce moment. Il n'est pas rare que je tombe du lit avant le lever du soleil pour aller dessiner, rechercher - sur le web ou dans mes livres - une info sur tel ou tel végétal : est-il calcicole ? supporte-t-il l'ombre ? est-il sujet aux maladies ?... et bien d'autres questions capitales dont Claire Chazal ne parle pas assez, il me semble... 

 

Pour m'aider dans ma recherche d'ambiance "juste", j'ai pris hier un cours d'une heure (2, en réalité : Stéphanie ne compte pas son temps) sur le thème du "diagnostic feng shui de son jardin" avec Stéphanie Taffin, paysagiste à Montmorency (95) et propriétaire de la jardinerie Taffin. L'occasion pour moi d'échanger avec une pro au sujet de mon plan de jardin actuel. Je suis repartie de là avec quelques végétaux, mais surtout avec de nombreuses idées pour compenser des vues disgracieuses ou pour "habiter" des couloirs pas faciles à aménager. Il me tarde à présent de passer aux plantations !

 

A faire absolument, au stade "conception" comme au stade "ré-aménagement". 

Un livre à lire à ce sujet : "Mon jardin feng shui et moi", Nathalie Normand.

 

 

Repost 0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 18:35

Ca continue à avancer à vitesse grand V, sur notre terrain, cette semaine !

 

joints.jpgCôté "indoor" : les joints du carrelage ont été faits aujourd'hui, au rez-de-chaussée. A l'étage, le carrelage a été posé (dans la salle de bains seulement). Aucune photo de cette pièce n'est disponible, aujourd'hui : la pièce était pleine comme une oeuf, pendant que les carreleurs s'affairaient.

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté "outdoor", le terrain n'a plus la même tête : une pêle mécanique s'est activée une bonne partie de la journée, nivelant les bosses, comblant les trous. Le terrassier avait déblayé une peu trop de terre (végétale), lors de son premier passage. Là, il en a rapporté pour remblayer. Il a aussi placé les tuyaux en PVC qui relient les gouttières au puisard. A son départ, ce soir, la maison était raccordé au réseau public (eau + électricité).

IMG_1179.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1175-copie-2.JPG

 

La semaine prochaine, c'est déjà l'heure de l'enduit sur la façade. Là, ça va être vraiment spectaculaire !! On commence à faire des pronostics pour la date de livraison... Et vous savez quoi ? Je peux commencer à planter des végétaux, si je veux !!!!

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 08:46

 

Une chose est sûre : nous n'installerons pas 100% du jardin cet automne. Entre les peintures murales à appliquer, les aménagements de placards à installer, les parquets à poser dans les chambres et l'escalier à protéger, nous allons passer un mois de novembre plutôt studieux. Mais novembre, c'est aussi la bonne période pour les plantations !... Alors nous avons dessiné un projet du jardin final, quitte à  s'en éloigner plus ou moins en cours de réalisation, si besoin. Nous procèderons ensuite par étapes : plantations des arbres et arbustes en premier, installation des chapes de propreté (terrasses et abri de jardin) si nous avons le temps de faire un peu de maçonerie... On ne va évidemment pas commencer par les détails (comme installer le poulailler... et même si ça me démange...) ! Il va aussi falloir, à un moment ou à un autre (plutôt en automne, là aussi) semer le gazon. Cela fait beaucoup de choses à faire en même temps : nous n'aurons qu'un mois de vacances. Il va falloir s'organiser, s'équiper, et... prioriser. 

 

Voici donc un schéma des plantations à 5-10 ans, qui comprend aussi un abri de jardin, un poulailler, un composteur et un coin potager :

Plan1.jpg

 

Vivement les fêtes des plantes en septembre-octobre, et ma visite aux pépiniéristes angevins, le 18/10 (Pépinières Lepage, Minier...). Je modifie encore régulièrement la liste des végétaux, mais voici ce qu'il se pourrait que nous plantions :

 

 

1   Chaenomeles speciosa 'Falconnet scarlet'
2   Taxus baccata
3   Cornu alba 'Sibirica'
4   Viburnum x burkwoodii
5   Osmanthus delavayi
6   Sarcococca hookeriana var. humilis 
7   Leucothoe scarletta
8   Camélia
9   Rhododendron violet
10   Azalée Mollis
11   Rhododendron XXL
12   Cercidiphyllum japonicum
13   Acer palmatum 'Hana Matoi'
14   Rhododendron 'Vulcan' 
15   Magnolia 'Leonard Messel'
16   Daphne odora 'Aureomarginata'
17   Hypericum inodorum magical flame ou ‘Elstead ‘
18   Eonymus japonicus
19   Cornus alba ‘Kesselringii’
20   Photinia x fraseri ‘Pink Marble’ cassani
21   Viburnum carlesii ‘Judii’
22   Eleagnus x ebbingei
23   Carpus betulus
24   Crataegus laevigata 'Paul's Scarlet'
25   Philadelphus 'Belle étoile'
26   Osmanthus x burkwoodi
27   Zabelia mosanensis
28   Physocarpus opulifolius 'Diabolo'
29   Laurus nobilis
30   Daphne x burkwoodii ‘Somerset’
31   Photinia x fraseri ‘Red Robin'
32   Amelanchier canadensis
33   Choisya ternata 'Sundance' 
34   Corylus avellana contorta
35   Daphne mezereum 'Rubra'
36   Sorbaria sorbifolia 'Sem'
37   Clematis Armandii 'Apple blossom'
38   Malus en cordon simple
39   Buxus sempervirens "boulle"
40   Buxus sempervirens 'Suffruticosa'
41   Pyrus communis duo (basse-tige / gobelet)
42   Akebia quinata 
43   Deutzia
44   Spirea 'Little princess'
45   Kolkwitzia amabilis 'Pink cloud'
Repost 0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 19:49

Côté jardin, je m'étais promis de ne jamais utiliser de produits chimiques. Promis, juré, craché... C'était sans savoir que je ferais un jour faire construire une maison sur un terrain recouvert de belle terre végétale, et proche de terres cultivées de céréales. La pollution pollinique du quartier, les précipitations des derniers mois suivies du fort ensoleillement actuel, auront eu raison de mes convictions "écolo" initiales : les mauvaises herbes sont trop fortes.photo4-copie-1.JPG

 

Ce n'est pas faute d'avoir essayé d'éviter le désherbage chimique. Nous avons d'abord passé la débroussailleuse : tout a repoussé en une semaine à peine.

 

-photo3-copie-1.JPG

 

Nous avons ensuite étalé du copeau de bois pour pailler le sol : les petites mauvaises herbes ont en effet regressé.... Laissant plus de place aux plus grosses pour s'épanouir à loisir ! Même en passant un motoculteur, ces adventices ressortiront forcément avec le temps. Ruinant ainsi tous nos efforts futurs de jardinage. 

 

Alors, cet après-midi, je me suis équipée d'un pulvérisateur et j'ai épandu 150gr de désherbant total en paillettes. J'espère que : 1/ ça va être efficace malgré les 30° qu'il faisait ce soir, et 2/ ce sera assez durable pour qu'une seule repasse suffise, juste avant le semis du gazon.

 

Côté maison, voici les dernières nouvelles : la pose du plancher chauffant est en cours. Une réunion de chantier programmée jeudi prochain nous permettra d'avoir plus de détails. 

photo1-copie-1.JPG

 

photo2.JPG

Repost 0

Une Question ?

  • : Le blog de notre-chantier91
  • Le blog de notre-chantier91
  • : Après plus de 2 ans de recherches, nous avons trouvé LE terrain de nos rêves en 2012. Partagez notre aventure de construction de maison individuelle BBC.
  • Contact